Media

Parution dépèche du 16 juin 2012

 

 

PENTATHLON-MODERNE-FRA-RS

Coupe du monde : Amélie Cazé remporte l’épreuve de Szazhalombatta (Hongrie)

15/04/2012 22 h 58 h 19 GMT + 11 h 00

 

PARIS, 15 avr 2012 (AFP) — La Française Amélie Cazé a remporté la troisième manche de la Coupe du monde de pentathlon moderne à Szazhalombatta, en Hongrie, samedi.

La triple championne du monde a devancé la Russe Donata Rimsaite et la Lituanienne Laura Asdauksaite, revenue de la 17e place pour arracher sa place sur le podium à la Britannique Samantha Murray, 4e.

Amélie Cazé, 27 ans, a été devancé dans l’épreuve d’escrime par la Lituanienne, sa dauphine lors des Mondiaux 2010, mais une épreuve de natation parfaitement réussie et un parcours d’équitation presque sans bavure lui ont permis de bénéficier de 20 secondes d’avance avant la dernière épreuve, combinant course à pied et tir.

Cazé, pour la première fois de retour à Szazhalombatta, là même où elle s’était gravement blessée il y a un an, ce qui l’avait totalement privé de la saison 2011, était très émue après sa victoire : « Je n’arrive pas à y croire, l’an dernier a été tellement difficile. Je retrouve confiance, j’avais eu du mal avec la course à pied lors de la deuxième manche de la Coupe du monde (NDLR : 10e place), alors ces trois dernières semaines je ne me suis entraîné que pour la course, et cela a payé. Mais il me reste encore beaucoup de travail pour viser l’or à Londres. »

L’Allemande Lena Schoneborn, championne olympique en titre, a fini à la 6e place.

ESCRIME-MOND-2012-FRA-CR

Mondiaux-2012 — Epée par équipes : la France tombe de son piédestal (COMPTE RENDU)

15/04/2012 04 h 53 h 57 GMT + 11 h 00

PARIS, 14 avr 2012 (AFP) — L’équipe de France d’épée masculine a chuté pour la première fois depuis 2004 dans un grand rendez-vous, samedi à Kiev, lors de Championnats du monde 2012 au goût de rattrapage sans saveur pour les armes privées de jeux Olympiques de Londres.

Il fallait remonter au 9 octobre 2003 pour ne pas trouver la France sur la plus haute marche d’un podium à l’épée masculine : lors des Mondiaux de La Havane, elle avait terminé à une bien décevante 9e place.

Quelques mois plus tard, les Français étaient pourtant sacrés champions olympiques à Athènes et lançaient une incroyable ruée vers l’or, avec un second titre olympique (2008) et six sacres planétaires.

A Kiev, Gauthier Grumier, Yannick Borel, Jean-Michel Lucenay et Ulrich Robeiri ont cru pouvoir poursuivre cette tradition française et entrer dans l’histoire avec neuf titres de suite, plus qu’aucune autre nation.

Vainqueurs de leur grands rivaux italiens en demi-finale (28-27), les Bleus, avec Robeiri remplaçant Grumier en finale, ont assommé leurs adversaires pour mener 13-6 après le troisième relais, mais le 6e duel, opposant Borel à Cody Mattern, allaient leur être fatale.

Borel, qualifié comme Grumier pour l’épreuve individuelle des JO-2012, a « perdu sa lucidité et paniqué, il manque encore d’expérience », regrette son entraîneur Jérôme Roussat.

Le Guadeloupéen de 23 ans a de son propre aveu « déjoué » et concédé un 8-2 qui a complètement relancé les Etats-Unis, revenus à la hauteur des Français (24-24) avant les trois derniers relais.

Les Américains, battus en finale des Mondiaux-2010 de Paris par les Français dans un scénario comparable, sont allés chercher le titre en s’imposant 44 à 37.

« Ce 6e relais a beaucoup affecté l’équipe, ils ne s’attendaient pas à un tel revirement de situation. Ce qui est rageant, c’est qu’on n’a pas su aller chercher cette victoire, ce n’est pas tant l’adversaire qui a fait le jeu », analyse maître Roussat.

La fin de série de l’épée française est « presque anecdotique » : « il fallait bien que cela arrive un jour », tempère Jérôme Roussat.

La médaille de bronze est revenue à la Hongrie, victorieuse de l’Italie (45-37) dans le match pour la 3e place.

Ces Mondiaux de Kiev étaient organisés pour les épreuves par équipes (épée messieurs, sabre dames), qui, rotation oblige, ne figure pas au programme des JO de Londres (27 juillet-12 août).

 

ESCRIME-MOND-2012-FRA-PR, PREV

Faute de JO, les épéistes aux Mondiaux pour poursuivre leur série en or (PRESENTATION)

13/04/2012 22 h 45 h 51 GMT + 11 h 00

PARIS, 13 avr 2012 (AFP) — A défaut de jeux Olympiques cette année, l’équipe de France d’épée masculine a les Championnats du monde, samedi à Kiev, pour tenter de poursuivre sa grande aventure en or avec un neuvième titre majeur consécutif.

Rotation entre les armes oblige, ni l’épée messieurs ni le sabre dames par équipes ne figurent au programme olympique cet été à Londres, et se rattrapent ce printemps avec les Mondiaux, qui n’ont cependant pas le même piquant.

Gauthier Grumier, Yannick Borel, Jean-Michel Lucenay et Ulrich Robeiri ont la mission de poursuivre l’incroyable série de l’équipe de France. Elle a commencé avec l’or olympique aux Jeux d’Athènes en 2004, au bout de la lame du grand Fabrice Jeannet.

Les tireurs changent, les entraîneurs passent mais l’équipe de France reste invaincue depuis neuf ans dans les grands rendez-vous, un record absolu en escrime.

Cette année, les « Invincibles », comme se surnomment eux-mêmes les Français, se présentent en tant que champions du monde et d’Europe en titre, et viennent de confirmer leur mainmise sur l’arme en remportant l’épreuve de Coupe du monde à Paris (Challenge RFF — Trophée Monal).

Un neuvième titre pour la France lancerait bien Grumier et Borel, les deux épéistes qui seront en piste en individuel aux Jeux de Londres, sur la voie de leurs tout premiers émois olympiques.

Killian
  • Thibault
  • Thibault

Maël

Jean-Baptiste

Florent

Kevin

François-Xavier

Francesco

Hugo

Isabau
Isabau

Matehau

Mayeul

Naomi

Poéma

Rémi

Rodrigue

Terenui

Thomas

Thomas

Thomas

Ulysse

Vaitea

Zoé

Arthur

Adrien
Arava

 

Les garçons ci-dessus et les filles de TAHITI INTERNATIONAL SCHOOL