Nous sommes les portes paroles de ce sport vaste et complexe sur le fenua.

Nous sommes une fédération mais sommes aussi chacun de nos membres, qui portent fièrement nos couleurs et tiennent en eux la flamme et la passion des croiseurs d’armes !

Nous sommes des hommes, des femmes, des enfants, des adolescents, des adultes, des vétérans, des seniors, plus d’une centaine de Polynésiens de tous les bords, popa’amaohi, paumotu, etc, réunis sous la même passion de l’Escrime !


E aha tera « Ice Cream » ?

Sommairement, il s’agit d’un sport de combat où le but est de toucher l’adversaire avec son arme, que ce soit la pointe ou le tranchant.

C’est après que ça se corse un peu …
(Mais rien qu’un peu on vous promet)

À l’escrime en fait, il n’y a pas qu’une seule arme, il y en a 3, et cela fait 3 sports en un seul car naviguer entre les 3 n’est pas chose aisée !


 

On commence l’escrime avec le fleuret, c’est l’arme que la fédération utilise lors de ses déplacements
dans les écoles pour initier les enfants à ce sport.
Ici, on ne touche que sur le tronc, c’est-à-dire le haut du corps en excluant les bras et la tête
Au fleuret, tout n’est que règles et conventions, et la plus importante :

« L’attaque a toujours raison »

C’est-à-dire simplement que c’est toujours celui qui a commencé à attaquer qui,
si son attaque n’est ni stoppée ni parée, qui aura le point, appelée touche à l’escrime.
La solution contre une attaque ? Parer et riposter.

 

 

L’épée arrive plus tard dans la vie des tireurs. 
parce qu’elle est plus lourde et parce que le fleuret  permet mieux d’acquérir la technique 
qui sera décisive pour une victoire à l’épée. 
Ici, pas de règles supplémentaires, celui qui touche a  raison, 
et si les deux effectuent une touche en même temps, 
touche qui peut se faire sur la totalité du corps de la tête aux pieds,
les deux  se voient accorder une touche, c’est une simultanée. 
Ces caractéristiques de l’épée font qu’il faille allier  technique, maîtrise de soi 
et explosivité pour prétendre à sa maîtrise

 

 

Le sabre est moins pratiqué mais n’en reste pas
moins passionnant à voir, tant pour sa technique
particulière que sa rapidité impressionnante.
C’est une arme qui contrairement aux autres autorise
les coups donnés par le tranchant, ce qui offre une nouvelle
dimension de possibilité pour les tireurs,
qui peut porter sa touche sur tout le haut du corps,
tout en étant régi par des règles semblables à celles du fleuret.
Il faudra réflexes et puissance au tireur qui prétendra à l’art du sabre


E mauiui anei ? E ataata anei ? Aita !

Est-ce-que c’est dangereux ou douloureux ? Les tireurs sont en tout temps protégés par leur équipement et supervisés par le regard attentif de leur professeur. Aucun incident n’est déjà survenu sur le territoire et très peu sont à répertorié, car ce sport enseigne la discipline et la maîtrise de soi qui permet d’éviter ce genre de débordement.


 

 L’équipement

Prêté par le club ou acheté par le tireur, il comprend le set suivant :

  1. La Veste : Protection du tronc et des deux bras, peut résister à 350 à 800 Newton
  2. Le Pantalon : Protection des cuisses et des genoux, de 350 à 800 Newton
  3. Le Masque : Protection du visage, résiste jusqu’à 1600 Newton
  4. Les Chaussettes : Hautes, protègent les tibias des estocs
  5. Le Gant : Sur la main armée
  6. Sous Cuirasse : Protection supplémentaire
  7. Le Protège Poitrine : Pour les dames
  8. Les chaussures : Protèges les pieds des estocs

 

Pour donner un ordre d’idées, 350 newtons correspondent à une charge d’environ 35 kg, 800 newtons correspondent à 80 kg et 1600 à près de 163 kg. Le tireur est ainsi intégralement protégé et ne sera en aucun cas blessé durant un assaut, même brutal.

Par ailleurs, ce matériel peut être acquis en ville à Olympians Sports, ou il peut être acheté directement à l’un des clubs, en s’adressant à notre trésorier, Jean Cunéo; qui se fournit directement chez un fournisseur internationalement reconnu : AllStar ; du matériel de qualité supérieure pour les plus grands champions !


 

 

E tamahine anei ? E ! 

Femmes et filles, bien sûr qu’il y en a ! 
Les sports surtout de combat sont adaptés pour  canaliser 
toute la rage et la ferveur de ces dames et  damoiselles, 
surtout que nous avons même de l’équipement  pour ! 
On en compte peu encore dans nos rangs 
mais on en voit de plus en plus qui viennent  essayer ! 

 

Les valeurs 

À l’escrime, pas de match à mort, pas d’assauts de rancune, 
comme tous les sports, nous nous devons de transmettre 
à nos sportifs un ensemble de valeurs, 
qui permettent d’assurer 
la beauté et l’élégance légendaire de ce sport  

mais aussi la sécurité de tous ses pratiquants dans le respect 
et la reconnaissance de l’autre, et en conséquence de quoi, 
dans la joie, la sûreté, et dans la progression de chacun. 

Ce sont ces valeurs, ce respect, cette élégance, cette maîtrise, 
cet ensemble de traits qui font que malgré les armes, 
l’escrime n’est pas plus dangereuse 
que d’autres sports de contact.

 


O vai te haere mai tamata ?

Tout le monde peut venir essayer, enfin … Presque ! Dès l’âge de 6 ans il est possible de pratiquer l’escrime dans n’importe quel club. Les catégories à l’escrime se font en fonction de l’âge à partir de la catégorie M7 (pour moins se 7 ans) à M17 (moins de 20 ans) et se poursuivent entre avec la catégorie Senior (entre 20 et 39 ans) puis Vétéran (entre 40 à plus de 70 ans). Il n’y a presque pas d’âge pour manier l’arme !

Nom Code Années de naissance
Vous entrez dans une catégorie lorsque vous prenez l’âge correspondant pendant la saison.
Eveil M5 ≥ 2013 (≤ 5ans)
Moustiques M7 2012 → 2011 (6 à 7 ans)
Poussins M9 2010 → 2009 (8 à 9 ans)
Pupilles M11 2008 → 2007 (10 à 11 ans)
Benjamins M13 2006 → 2005 (12 à 13 ans)
Minimes M15 2004 → 2003 (14 à 15 ans)
Cadets M17 2002 → 2001 (16 à 17 ans)
Juniors M20 2000 → 1998 (18 à 20 ans)
Séniors  S 1997 → 1979 (21 à 39 ans)
Vétérans 1 V1  1978 → 1969 (40 à 49 ans)
Vétérans 2 V2  1968 → 1959 (50 à 59 ans)
Vétérans 3 V3  1958 → 1949 (60 à 69 ans)
Vétérans 4 V4  ≤ 1948 (≥ 70 ans)